Thérèse Bryant - Présidente International d’UNI Apro Femmes

Les syndicats donnent une voix aux travailleurs, y compris aux femmes. Faites entendre votre voix et faites du monde du travail un meilleur endroit. L´équipe a besoin de vous!

Je possède un fort sentiment d´égalité et de justice sociale. Je suis devenue active dans le syndicat parce que je voulais changer les choses dans la vie des gens autant que possible, pour que nos membres connaissent leurs droits et les fassent valoir, et pour améliorer leur vie, en particulier leur vie professionnelle. Je me suis particulièrement concentrée sur nos femmes membres en raison des nombreuses injustices dont elles font l’objet. En tant que femme, je me sens passionnée par ces questions et je peux m´identifier à elles. J´ai eu le privilège que beaucoup de femmes me confient des détails parfois intimes de leurs problèmes, afin que je puisse les aider.

J´ai pu changer les choses dans le cadre du SDA. Le SDA est un syndicat fort, unifié avec de nombreux membres, ce qui signifie que nous avons les ressources nécessaires pour avoir des employés rémunérés ayant de l’expérience dans de nombreux domaines, et que nous pouvons entreprendre, le cas échéant, une action en justice pour soutenir nos membres. Nous passons beaucoup de temps à négocier avec les entreprises qui emploient nos membres, pour obtenir des améliorations de leurs salaires et conditions de travail, mais aussi pour avoir un impact sur les politiques et les pratiques des entreprises, qui ne figurent pas dans la convention collective.

Dans le cadre du mouvement syndical australien, nous avons pu contribuer à améliorer la législation du travail et la législation anti-discrimination en déposant des conclusions, en signalant des cas, en produisant des témoins et des preuves ainsi qu’en mettant en place des campagnes de sensibilisation qui favorisent la prise de conscience et le lobbying.

Je suis membre du comité mondial et régional des femmes de la FIET et d’UNI depuis 16 ans.

J´ai beaucoup apprécié de travailler avec des gens qui partagent mes valeurs et qui s´engagent à travailler dans les meilleurs intérêts de nos membres.

J´ai commencé à travailler au SDA il y a 35 ans et j’ai participé à de nombreuses campagnes, aux côtés de bien d’autres personnes, qui ont abouti à de nombreux changements au fil du temps. Voici quelques exemples:
- Le SDA a déposé plainte devant le Tribunal du travail en 1979, et a obtenu que les femmes aient le droit de porter des pantalons au travail.
- Le SDA a également participé à une affaire portée devant le Tribunal du travail la même année, pour obtenir un congé de maternité non rémunéré, et plus tard un congé de paternité non rémunéré et un congé d´adoption, qui sont maintenant connus sous le nom de congé parental.
- La participation accrue des femmes à tous les niveaux du syndicat, et l´introduction de femmes dirigeantes et de comités de femmes.
- Le SDA a aussi fait fortement pression, avec succès, pour l´augmentation des allocations aux familles par le gouvernement fédéral.
- L´introduction de la législation rendant la discrimination et le harcèlement sexuel illégaux.
- Le développement de politiques, de matériel éducatif et de formations dans les entreprises et les syndicats en matière d’égalité des chances au travail et de harcèlement sexuel.
- L´introduction du système de retraite obligatoire (contributions patronales à la caisse de pension).
- L´introduction du congé payé pour raisons familiales dans les conventions collectives et ensuite dans la législation du travail.
- L’illégalité de la discrimination au travail liée à la grossesse et une attention accrue pour répondre aux besoins des travailleuses enceintes, y compris leur garantir la sécurité au travail.
- Le SDA a obtenu que soit introduite dans les conventions collectives l´obligation pour les entreprises de tenir compte des responsabilités familiales lors de l´établissement ou de la modification des horaires des employés.
- L’obtention du congé maternité payé pour la plupart des mères qui travaillent, payé par le gouvernement.
Tout ceci a été possible grâce aux efforts collectifs. C’est le principe fondamental du syndicalisme. C´est ce qui nous rend puissants et influents.
Un travailleur isolé est vulnérable dans son milieu de travail. Il est peu probable qu’il connaisse l´intégralité de ses droits légaux et qu’il ait les ressources nécessaires pour les faire respecter si l´employeur est difficile. En étant dans un syndicat, le travailleur fait partie d´une équipe avec ses collègues, et en s’alliant avec d´autres travailleurs du secteur, ils ont les fonds nécessaires pour avoir des dirigeants syndicaux qui peuvent les aider à recevoir leurs prestations et à les améliorer au fil du temps.

Les syndicats donnent une voix aux travailleurs, y compris aux femmes. Faites entendre votre voix et faites du monde du travail un meilleur endroit. L´équipe a besoin de vous!